6 jours pour visiter la péninsule de Coromandel

Après avoir passé plus d’un mois à Auckland à visiter la ville et la région, et après avoir acheté notre campervan, vint enfin le temps de prendre la route !

Nous ne sommes pas fous : en juin, c’est l’hiver, donc autant aller dans un coin où la météo est clémente et (un peu plus) ensoleillée. Direction : Bay of Plenty !

La région de la « baie de l’abondance » commence avec la péninsule de Coromandel. Située à l’Est d’Auckland et s’étendant sur 8000 hectares, c’est l’une des destinations les plus appréciée des Néo-Zélandais qui viennent passer leur été dans des spots célèbres tels que Cathedral Cove et Hot Water Beach. On vous en dit plus sur notre roadtrip ici !

Une semaine sur la péninsule de Coromandel

Jour 1 : THAMES

Nous nous sommes d’abord arrêtés à Thames pour une courte journée de randonnée dans le Coromandel Forest Park. Il était trop tard pour tenter les Pinnacles (et on vous avoue qu’on n’a pas encore la forme physique pour monter et descendre des marches pendant 7 heures) mais des sentiers plus simples et plus courts vous permettront d’atteindre des Kauris centenaires et des points de vue merveilleux sur la forêt, les montagnes et les cascades. Attention cependant pour les genoux sensibles : les chemins imposent souvent de gravir beaucoup de marches !

Jour 2 : COROMANDEL TOWN

Deuxième arrêt à Coromandel Town. Il s’agit d’un petit port aux airs de Far West, qui propose une promenade au cœur de son histoire : la ville s’est développée au XIXème et XXème autour d’une mine d’or. Vous découvrirez les écoles, l’ancien hôpital et quelques vestiges de l’exploitation minière.

Nous y avons passé la nuit avant de prendre la route pour la pointe de la péninsule, à Fletcher Bay.

ATTENTION : si vous tentez la route jusque le bout de la péninsule, PENSEZ A FAIRE LE PLEIN et à RECHARGER EN EAU à Coromandel Town. Vous en aurez toutefois encore l’occasion à Colville, mais l’essence y sera bien plus chère. On a fait l’erreur d’attendre Colville et on a tiré la tronche face au prix du plein.

Jour 3 : FLETCHER BAY et STONY BAY

Nous quittons la route en béton pour des kilomètres de route de graviers. Ce fut long, fastidieux, mais les paysages sont à couper le souffle. On a bien dû s’arrêter une dizaine de fois en route pour admirer le paysage et prendre des photos ! La faible allure à laquelle nous roulions, sous le soleil, ne fut finalement pas pour nous déplaire.

Pause à Fletcher Bay où le cadre est idyllique : une plage de sable noir, la roche grignotée par l’océan, un arbre centenaire et une balançoire rustique accrochée à ses branches. Et deux cannes pas farouches que nous avons nourris à la petite cuillère (si si). Les canards aiment le kiwi, sachez-le.

Il y a ici un camping du Department of Conservation, mais nous voulions à tout prix voir Stony Bay. Le voyage prendra 2 heures : la faute à la « gravel road »…

Les campings du DoC : 13$ (environ 7 euros) par nuit par personne pour un camping en pleine nature avec des installations sommaires : toilettes sèches, douches froides, éviers.

Comme c’est l’hiver, nous étions 3 dans tout le camping. Tranquilles !

Jour 4 : WHITIANGA

Nous n’avons pas pu profiter de Stony Bay comme espéré, puisqu’il a plu toute la nuit et toute la journée. On a rapidement remballé nos affaires et on est parti pour Whitianga. Du gravier, encore et encore du gravier… Après un arrêt rapide à Waikawau Beach et une roue embourbée, merci aux Rangers qui nous ont tirés d’affaire !, nous voici à Whitianga. La plage est merveilleuse, la roche est blanche, le port est mignon. Alternance de pluie et de soleil, notre programme est donc retardé mais nous en profitons pour faire un peu de lessive quelques courses nous promener en ville, sur l’Historic Whitianga Rock et sur la plage de Mercury Bay.

Jour 5 : CATHEDRAL COVE

Direction Hahei, Cathedral Cove et ses splendides falaises, à 10 kilomètres de là. Le soleil est revenu, la chaleur avec lui, et nous nous promenons en t-shirt (où est passé l’hiver ?). Depuis le parking, une petite randonnée de 40 minutes est nécessaire pour atteindre Cathedral Cove, mais on vous conseille de prendre votre temps et vous arrêter sur les petites criques aussi.

Nous allons être originaux et vous dire la même chose que tous les voyageurs avant nous : Cathedral Cove est magnifique ! La voûte de calcaire ans la falaise a été creusée par l’océan, les rochers sculptés par l’eau prennent des formes inattendues, le sable est blanc, le ressac violent… Nous y étions à marée haute (nous n’avons donc pas pu atteindre le « célèbre » rocher). En s’infiltrant sous la voûte, l’océan résonne, éclate dans un bruit d’orage terrible, et nous avons compris toute la singularité du nom de ce lieu. Puis le soleil s’est couché, le ciel a pris les couleurs de l’arc-en-ciel et la scène a pris une dimension surréaliste

Jour 6 : HOT WATER BEACH et TAIRUA

Après une deuxième nuit à Whitianga, le soleil est toujours de la partie et nous partons pour Hot Water Beach. Cette plage est surprenante : des sources d’eau chaude se cachent sous le sable, et il est possible de creuser son petit jacuzzi privé.

Quand nous arrivons sur la plage, des gens creusent leurs trous avec des pelles, des casseroles, ou des poêles, et c’est bien drôle à regarder !

Pour trouver la source, rien de plus facile : ça fait des bulles sur le sable ou dans les flaques ! Ce sera cependant trop chaud pour nous, alors on y trempera que les pieds. L’eau peut tout de même dépasser les 50 degrés ! Attention aux brûlures !

Après une matinée à flâner en bord de mer à regarder le Pacifique rouler (et inonder les piscines), nous reprenons la route pour Tairua, une petite ville balnéaire encadrée par les montagnes et la mer, qui sera notre dernière escale avant Tauranga. L’océan y fait un lac qui se remplit ou se vide selon la marée ; sur la plage nous croisons des surfeurs et un vieux pêcheur.

Puis nous prenons un verre en terrasse devant un bon feu de cheminée pour fêter la fin de notre roadtrip dans la péninsule. Après l’effervescence d’Auckland, ce bain de nature nous a fait le plus grand bien.

« Coromandel, good for your soul » !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*