[Instant rugby] Notre premier match à Eden Park : France VS Nouvelle-Zélande !

C’est l’histoire d’un énorme coup de bol : celui de se trouver à Auckland précisément le jour d’un match de rugby entre la France et la Nouvelle-Zélande. Et c’est bien parce qu’on a vu une affiche annonçant la rencontre, totalement par hasard.

On a assisté à un match de rugby entre la France et la Nouvelle-Zélande

Le 9 juin dernier, le XV de France était ainsi opposé aux légendaires All Blacks. L’enjeu : la Gallaher Cup, du nom de David « Dave » Gallaher (ce monsieur avec sa jolie moustache), le premier grand capitaine de l’histoire du rugby en NZ, à la tête de la première équipe des All Blacks.

La Gallaher Cup est un trophée qui se dispute exclusivement entre le XV de France et les All Blacks : tous les ans depuis 2000, il est remis au vainqueur d’une confrontation entre les deux équipes. Et c’est précisément au cœur de ce match qu’on vous emmène ! (on est quand même super sympas, non ?)

Eden Park

Pour tout amoureux du rugby, Eden Park est un stade mythique. C’est le plus grand stade de Nouvelle-Zélande, d’une capacité de 50 000 personnes, l’accueil pouvant exceptionnellement atteindre les 60 000.

On se la pète avec son ticket devant le dieu maori du vent.

Il doit son nom au Mont Eden (que nous évoquions rapidement dans notre article sur les parcs d’Auckland), au pied duquel il est bâti.

Ouvert en 1900, Eden Park mélange les architectures. L’extérieur est donc intéressant à visiter, ne serait-ce que pour rencontrer quelques statues : les dieux maoris côtoient les stars du rugby néo-zélandais.

Hommage au grand Michael Jones, le premier a avoir marqué un essai lors de la première coupe du monde de rugby en 1987.

Le Ka Mate, la marque de fabrique des All Blacks

Comment parler des All Blacks sans mentionner leur célèbre haka, le Ka mate ? D’ailleurs, vous ne vous êtes jamais demandé ce qu’ils pouvaient bien crier, en nous faisant des grimaces ? Parce que voilà, ka mate ka mate, c’est bien joli tout ça, taper sur les cuisses et hurler, mais qu’est-ce que ça veut dire ?

Traduit du maori en français, ça donne :

« Écoutez !
Préparez-vous ! Alignez-vous ! En position !
Oui !
Frappez des mains sur les cuisses
Que vos poitrines soufflent
Pliez les genoux
Laissez vos hanches suivre le rythme
Tapez des pieds aussi fort que vous pouvez
C’est la mort ! C’est la mort !
C’est la vie ! C’est la vie !
Voici l’homme poilu
Qui est allé chercher le soleil, et l’a fait briller de nouveau
Faites face ! Faites face en rang !
Faites face ! Faites face en rang !
Soyez solides et rapides devant le soleil qui brille ! »

Ha, ça claque, hein ? (si vous voulez le haka chanté en maori, les paroles sont sur la page wiki dédiée).

Pendant le haka, le stade entier s’est levé et s’est tu. Respectueusement. Religieusement. Et à la fin, tout le monde a explosé de joie. C’était fantastique, et c’est là que l’on mesure à quel point le rugby est une institution en Nouvelle-Zélande !

Le match : on avait pourtant bien commencé…

A la première mi-temps, la France menait. On y a cru. Et puis la réalité nous a vite rattrapés…

Bon, ne faisons pas durer le suspens plus longtemps : NOUS AVONS PERDU 52 à 11. Ce n’est plus perdre, c’est se prendre une raclée. Mais on le redoutait : les All Blacks n’ont pas été battus à domicile depuis 1994… (oui, ça fait 24 ans.)

Malgré ça, c’était chouette. C’était le sport, l’esprit du sport comme on l’aime. C’était du beau rugby.

On vous laisse avec un petit récapitulatif du match, en images bien sûr !

Soyez le premier à commenter

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*